24 septembre 2012

POESIE - HENRY BAUCHAU - GARE DU NORD

Ce matin, je prenais le train vers la gare du nord comme tous les matins, lisant des poèmes d'Henry Bauchau et à l'instant précis où l'on entrait en gare, par une coïncidence assez extraordinaire, je tombai sur celui-ci :   GARE DU NORD Quand la gare du Nord était noire sur ses vitrages enfumés je fus traqué je fus coursé par le kangourou blanc des névroses avec sa longue cuillère athée   (Henry Bauchau, Poésie complète, Actes Sud, 2009, p. 365)            
Posté par ericaC à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 septembre 2012

CITATION : DOSTOÏEVSKI : Crime et châtiment

"Il observait avec étonnement ses camarades du bagne. Comme ils aimaient la vie tous, combien précieuse elle leur semblait. Il lui parut même que ce sentiment était plus vif chez le prisonnier que chez l'homme libre. Qelles horribles souffrances avaient endurées certains d'entre eux, les vagabonds par exemple ! Se pouvait-il qu'un rayon de soleil, une forêt ombreuse, un ruisselet frais coulant au fond d'une solitude ignorée, eussent tant de prix à leurs yeux ; que cette source glacée rencontrée peut-être trois ans auparavant, ils y... [Lire la suite]
Posté par ericaC à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2012

CITATION : YVES BONNEFOY : On me parlait

"On me disait, non, ne prends pas, non, ne touche pas, cela brûle. Non, n'essaie pas de toucher, de retenir, cela pèse trop, cela blesse. On me disait : lis, écris. Et j'essayais, je prenais un mot, mais il se débattait, il gloussait comme une poule effrayée, blessée, dans une cage de paille noire tachée de vieilles traces de sang." (Yves Bonnefoy, extr. de La Vie errante, Poésie/Gallimard, 1997, p. 65).
Posté par ericaC à 09:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2012

ANNONCE DE CONCERT : DEBUSSY : MARTYRE DE SAINT SEBASTIEN

Invitation_concert___Le_Martyre_de_St_S_bastien samedi 15 septembre à Villiers Adam (église) 20h45 (voir affiche en cliquant sur le lien vers fichier pdf)   "César a dit : "Amenez-le au bois d'Apollon ; liez-le au tronc du plus beau des lauriers ; puis décochez contre son corps toutes vos flèches jusqu'à ce que vous vidiez les carquois, jusqu'à ce que son corps soit pareil au hérisson sauvage." Oui, mes archers, c'est ce que je veux. Ce sera beau. Oui, je vais revivre. Mais pour revivre il faut que je meure, il faut que mon... [Lire la suite]
Posté par ericaC à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2012

Nouveau colloque sentimental

NOUVEAU COLLOQUE SENTIMENTAL   TON CŒUR BAT-IL TOUJOURS À MON SEUL NOM ? ou bien : À TON SEUL NOM, MON CŒUR BAT-IL TOUJOURS ÉBLOUI ?   OUI      
Posté par ericaC à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2012

CITATION : GUILLEVIC

Je me suis respectéJusque dans les limaces (Guillevic, Du domaine)          
Posté par ericaC à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2012

EXTRAIT DE L’ALMANACH D’ÉRIC : 17 août : ERIC JOHNSON

Eric Johnson (Austin, Texas, 17.08.1954)* Guitariste et chanteur de rock texan. Eric Johnson est relativement méconnu et peu diffusé en Europe bien qu’il soit considéré aux États-Unis comme un excellent guitariste et chanteur de rock. Originaire d’Austin au Texas, il commença le piano puis la guitare vers l’âge de dix ans. Il découvrit la guitare rock’n’roll avec Elvis Presley, la surf music des Beach Boys, puis les guitaristes Jimi Hendrix (dont le premier album Are You Experienced ? sort en 1967), Eric Clapton, Jeff Beck,... [Lire la suite]
Posté par ericaC à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2012

aquarelle : écureuil

Posté par ericaC à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2012

Être une abeille aux ailes de papillon

  Je voudrais être une abeille Aux ailes de papillon Au cœur chantant de cigale   Érica C      
Posté par ericaC à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 août 2012

Fabien Turpin : Le tombeau des mers (poème dédié à Eric Tabarly)

A Eric Tabarly Sous les cieux noirs où s'échappent des étoilesUne vague froide et forte brise les voilesEt la coque craqua dans un bruit infiniSur le pont l'homme fut emporté et fini Il admirait toujours la force naturelleDu matin clair, brumeux, au soir, lueur aquarelleEt son rêve dernier a l'ampleur du couchantSon coeur bouffe l'iode en son nez triomphant Une pensée d'amour là-bas sur la riveLes gestes du retour, le rêve qui arriveEt la force des vagues et le bois souvent vertTremblera aux regards qu'il jette sur la mer Tandis... [Lire la suite]