"Une infinie douceur"

En pensant toujours à Pétra... « Entrer dans le Sîq, c'est entrer dans quelque chose de l'ordre du silence. C'est celui de la nuit, dans quelque chose de féminin, de doux, de profond, de l'ordre de la vie. »

*

«[...] Pour un roi ? Une reine ? Un lieu de culte peut-être dédié à la toute puissante Al Uzza - l'Isis locale - dont certains pensent toujours reconnaître quelques signes sur la façade ?

On ne sait pas. »

 (Emeric de Monteynard, Pétra, s'égarer vers le ciel, Tertium, 2014)


Texte (et musique) en regard :

Jules Bois / Erik Satie : "La Porte Héroïque du Ciel"

« La Porte Héroïque du Ciel, c'est le seuil où marche l'Artiste comme le Prophète. ...

La Porte Héroïque du Ciel fixe l'effroyable chemin où le Poète, nouveau messie, entraînera avec lui ses pairs hésitants et les foules réveillées.

... Alors c'est le moment ineffable de la Femme. Vous avez su, vous, Noble Frère et Grand Artiste, placer sur le seuil de la Porte Héroïque une jeune fille de l'Orient, cette petite Isis que Jésus a laissée au Poète, afin qu'il ne dépérisse pas de désespoir. Là vous avez atteint le plus magnifique ésotérisme. La Femme ouvre la Porte du ciel, et sur les rocs de l'héroïsme qui y conduisent, sa main, aussi délicate que le pétale des lis, peut devenir le bouclier et le glaive contre le Mal de l'Invisible et du Visible conjurés. Oui. L'Union de la femme intuitive avec l'homme inspiré réalisera l'espoir des jours nouveaux. Telle est l'aurore de la future Isis, - Celle dont le coeur purifié par le mysticisme communique à ce mysticisme sa chaleur afin que l'auréole de la Déesse soit aussi rayonnante de Bonté que de Beauté. »

« Il est intéressant d'opposer à la prose de Jules Bois ce que Satie écrivait dans le Guide du Concert en 1912, à l'occasion de la première audition de son Prélude orchestré par Roland-Manuel : » 

« Petit Prélude* tout de douceur mystique, petit Prélude tout de joie extatique, petit Prélude tout de Bonté intime. La forme en est naïve et chaste ; les harmonies en sont recueillies et blanches (...) »

(Cité dans : Jean-Joël Barbier, Au piano avec Erik Satie, La Bartavelle, 1997, p. 67-69.)

Erik Satie, Prélude de La Porte Héroïque du Ciel, drame ésotérique de Jules Bois.

 


25.10.14, 19h 

à suivre...