Cette année fut marquée par le départ, disons, au Ciel, de Maman le mardi 26 mars 2013. Je ne sais pas si je m'en remettrai vraiment un jour. Je ne crois pas. Je me console en me disant que je lui ressemble un peu. Parfois, je me surprend à dire quelque chose et j'ai l'impression de l'entendre elle. C'est assez curieux. Ou bien dans certains de mes gestes ou expressions, attitudes.

Je me console aussi un peu avec les photos que j'ai d'elle. J'ai fait des tirages, cherché des photos d'elle lorsqu'elle était jeune. Elle était très belle. Elle n'a pas tant changé que ça avec l'âge. De toute façon, elle était restée jeune de coeur et d'esprit. Sa voix aussi était restée la même.

 

*

maman sans lunettes reduit

J'ai relu Le livre de ma mère d'Albert Cohen. J'ai lu cet extrait à L'Ouvre Boîte à Poèmes il y a quelques mois : 

« Il me faut un petit divertissement sur-le-champ. N’importe quoi. Oui, faire de petits chants absurdes sur l’air de cette chanson française, le coq de l’église ou je ne sais quoi. M’amuser neurasthéniquement tout seul en inventant des vaches qui font des choses étranges et d’un air qui finit toujours en if. Une vache éprise Chante dans l’église D’un air lascif. Une vache andalouse Danse en bonne épouse D’un air chétif. (...) Voilà. La douleur, ça ne s’exprime pas toujours avec des mots nobles. Ça peut sortir par de petites plaisanteries tristes, petites vieilles grimaçant aux fenêtres mortes de mes yeux. D’ailleurs, mes vaches, ça n’a pas eu d’effet. » (Albert Cohen, Le livre de ma mère, Gallimard, Folio, p. 135-136.)

J'ai eu envie d'ajouter des couplets de mon cru avec les vaches d'Aubrac & cie :

vache saulieu

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vache d’Aubrac Court après un braque D’un air lascif.

Une vache auvergnate Contemple une agate D’un air votif.

Une vache aveyronnaise Fait de la mayonnaise D’un air jouissif.

Une vache espalionnaise En prend à son aise D’un air festif.

Une vache d’Estaing Se lève de bon matin D’un air décisif.

Une vache du Rouergue Écoute du Schönberg  D’un air affectif.

Une vache au Paradis Mange des radis D’un air inoffensif.

Une vache de Laguiole Fait des cabrioles D’un air attentif.

Une vache et un boeuf Font un effet boeuf D’un air attractif.

Une vache de Flaujac Téléphone à Jacques D’un air amouratif.

Une vache de Saint-Côme Se prend pour Maria Pacôme D'un air admiratif.

Une vache du Gévaudan Montre les dents D’un air offensif.

Une vache de Nasbinals Lit un vieux journal D’un air plumitif.

Une vache de Calmont Regarde en amont D’un air contemplatif.

Une vache de Roquelaure Dit qu’elle vaut de l’or D’un air lucratif.

Une vache de Bertholène Donne des nouvelles D’un air objectif.

Une vache de Saulieu Marche pendant cent lieues D’un air rébarbatif.

Une vache de Saint-Amans Reprend les chemins* transhumants D'un air commémoratif.

Une vache de l’Albaret Veille tel un chien d’arrêt D’un air méditatif.

 

Le château de l'Albaret - Sainte-Geneviève sur Argence

Albaret 6 papa maman reduit

Papa et Maman devant le château de l'Albaret,

29 juillet 2011

Maman est née ici le 16 décembre 1926.

 


* Cf. Arthur Rimbaud, Une saison en enfer.

 

Natal, 3.1.2014