Emeric de Monteynard - dédicace sur le stand de L'Arbre à paroles à l'occasion de la parution de Ce qui, la nuit.

Un évènement, un poète d'exception et une oeuvre majeure d'une densité et d'une force-douceur à vous couper le souffle. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, goûtez-y, vous verrez que je n'exagère pas.  Quant aux autres, de plus en plus nombreux, qui aiment déjà, à juste titre, la poésie d'Emeric, Ce qui, la nuit mérite qu'on s'y attarde, qu'on lise et relise chaque poème transfiguré, sans cesse renaissant, comme un rêve familier qui n'est, chaque fois, ni tout à fait le même ni tout à fait un autre. Un chef d'oeuvre. Qu'on se le dise.  

 

couvCQNreduit

 
Références :
Emeric de Monteynard, Ce qui, la nuit, L'Arbre à paroles, 2012, 110 p. ISBN : 978-2-87406-543-9.
voir présentation sur le site de l'éditeur
 

(extrait)
 
« Ça existe

Qu’on aime
En silence,

Et que cela urge
Et empire

À chacun des instants.
-
Qu’un jour entier
Passe
En nous

Sans nous voir,

Et qu’on puisse être
Incapable

De même en parler. »

(Emeric de Monteynard, extr. de "ça existe", Ce qui, la nuit)


...

« Qu'importe ce qu'on dit
Quand un soleil s'effondre sous des amas de noir,

Que la lune qui flotte, s'affuble d'étoiles
Et l'allume - la mer -  et la roule,

Et que des vagues d'assauts bousculent la terre,
Sans raison ?

-

Qu'importe ce qu'on dit.
C'est toi qui l'entends.

C'est toi. »

(Emeric de Monteynard extr. de "C'est un signe qu'on vole", Ce qui, la nuit)

 


à suivre...

Érica C