« La bacchante couchée. »

 

Eric Gustaf Göthe

(26.07.1779-26.11.1838)*

 

 

Sculpteur et portraitiste suédois.

 

Issu d’une famille aisée, Eric Gustaf Göthe a commencé son éducation artistique auprès de son père Johan Adolph Göthe. Inscrit à l’Académie des Beaux-Arts de 1795 à 1803, il y fut agréé malgré la désapprobation de son professseur, le sculpteur Sergell. Eric Gustaf Göthe exécute sa première commande en 1798 : l’esquisse d’un autel pour la cathédrale de Västerås. En 1800, il commence une série de portraits de la noblesse, de la famille royale et de hauts fonctionnaires. De 1803 à 1810, il séjourne à Rome. Ses deux maîtres sont Canova et Thorvaldsen mais le tempérament et le style de Göthe ne correspondent à aucun des deux. E. Göthe, très productif à cette période, réalise des sculptures monumentales, dont un « Bacchus » en bronze, et des portraits. Revenu en Suède, Göthe bénéficie toujours du soutien de la famille royale qui lui commande des œuvres : en 1811, une statue monumentale du dauphin Karl Johan, restée inachevée, et dix ans plus tard une de Charles XIII qui, sans doute jugée maladroite et trop réaliste, rencontre une critique sévère. En 1822, Eric Gustaf Göthe part pour la Russie. À St Petersburg, il fait des portraits de la bonne société et reçoit commande d’une statue de Catherine II. Il réalise une esquisse des « enfants impériaux jouant », « Vénus et Eros » une « Bacchante couchée », une statue de Sainte Rosalie. De retour à Stockholm, Göthe s’adonne encore aux portraits (bustes, médaillons, gravures...). En 1837, un an avant sa mort, il est nommé professeur titulaire à l’Académie des Beaux-Arts. L’appréciation de Göthe doit être révisée en sa faveur. En effet, il a été l’une des forces motrices du mouvement néogothique en Suède. Il était aussi talentueux que la plupart des sculpteurs de son temps et reste l’un des meilleurs portraitistes suédois. Ses œuvres se trouvent au Nationalmuseum, au château de Rosendahl, à Rosersberg, à Uppsala, dans les parcs des châteaux de Steninge et d’Österby...

 

----

*SK. D’après trad. de Marianne Hoang.

----

Autres anniversaires : Première apparition dans Spirou n°30 du 26.07.1942 de la série Éric, L’Épervier Bleu, personnage de BD de Sirius (pseud. de Max Mayeu, 1911-1997). Après quelques reprises, la série s’est définitivement arrêtée en 1977. Cf. Henri Filippini, Dictionnaire de la bande dessinée, Bordas, 1989, p. 174-175. Patrick Gaumer et Claude Moliterni, Dictionnaire mondial de la bande dessinée, Larousse, 1994, p. 227-228.

----


--
Envoyé par Erica C dans Le blog d'Erica le 7/26/2007 07:37:00 AM