« ?>! »

 

 

4

avril

 

 

 

95/271

 

 

 


Éric Chariot

 

(Nevers, 4.04.1970)

Astronome français, Président de la Société Astronomique de Bourgogne.

 

095___4

 

 


7________________

 

  8________________

 

  9________________

 

10________________

 

11________________

 

12________________

 

13________________

 

14________________

 

15________________

 

16________________

 

17________________

 

18________________

 

19________________

 

20________________

 

21________________

 

22________________

 

23________________

 

24________________

 

 

 

 

 

095___4

 

Autoportrait à l’éclipse.

 

 

« Les choses n'ont d'importance que celle qu'on leur accorde. »

 

 

« Je suis le genre de Cyrano qui se cache à l'ombre d'un buisson à la nuit tombée. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je suis juste un Ciré jaune, même pas breton, un éric à l'envers. Un éric dont on n’a rien à cirer, rien à écrier, rien à écrire...

Un eric de nulle part, même pas breton, même pas Omar.

Un eric du Petit Chariot, ou de la Grande Urss. Un Erik le Rouge, comme une liste, même pas communiste.

Un eric tout seul, même pas dans votre liste.

Un éric de rien. Même pas merci, même pas Méric... Rien...

Riec... »

Ce mystérieux Éric Chariot intrigue d’emblée… Cacherait-il bien son jeu ? Sous ce premier message - qui dénote déjà qu’on a affaire à un poète - on découvre en effet qu’il n’est rien… moins que Président de la Société Astronomique de Bourgogne depuis 2004.

 

Les gens ont du mal à le suivre : des études scientifiques, une plume d’écrivain-poète... pour finir dans la communication ! Le nom de son agence ? Ursino : la Grande Ourse (donc le Grand CHARIOT), en espéranto.

Les gens font de grands yeux ronds quand il explique : pour lui, le plus beau poème est une équation, car elle nous donne accès en un instant, si l'on en maitrise le langage, aux secrets de l'Univers. Il se réfugie d'ailleurs souvent dans son équation décisive, celle qui résoud le mystère de son Univers :"?>!". Les traductions sont multiples  : "L'interrogation mène à l'exclamation (Eurêka)". "Chercher est plus important que trouver". "Le désir est plus fort que son assouvissement". "Le chemin nous avance plus que le but".

 

Les gens s'amusent de ces petites gourmandises de sa vie : porter le nom d'une constellation, se marier le 13 juillet 1999 (une lunaison tout juste avant la fameuse éclipse) sur le thème du Soleil et de la Lune, donner naissance à une véritable fille de l’éclipse (conçue selon les calculs le 10 août 1999) et lui transmettre le « é » de éric (de Clotilde et Eric naîtra Cloé, au second prénom de petite Lune : Séléné), donner des conférences aussi inattendues que "Tout sur le Grand CHARIOT" ou "Quand le Soleil souffle" le jour de son anniversaire, et habiter la petite ville bourguignonne de... Nuits1.

 

D'aucuns diront qu’il avait un nom prédestiné, un nom qui l'a porté au firmament. D'autres diront que c'est son prénom qui importe...

 

Éric Chariot a mis tout le monde d'accord, en signant "Karl-eriK" (contraction improbable de ses nom-prénom), une nouvelle auréolée d'un petit prix littéraire. Un nouvelle appelée... "Légendises...".

 

 

 

Site Internet : http://astrosurf.com/sab/ E-mail : sab@astrosurf.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Date, photos, textes et tous renseignements aimablement communiqués par Éric Chariot. Remerciements à Éric Chariot. 1. Nuits-Saint-Georges. Société Astronomique de Bourgogne, 4 rue chancelier de l'Hospital, 21000 Dijon. Tél. 03 80 36 44 13.

Autres anniversaires :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"De l'Éveil à la Nuit...

Ou comment je suis devenu astronome...

 

 

 

 

Au commencement, une belle nuit d'août. Un rendez-vous galant au retour de la plage donné sans alarme à une sirène de passage. Au creux d'un rocher intime, caché par la nuit complice, un prétendant cherche la formule propice. Tantôt fougueux, tantôt tendre, le voilà qui s'exprime et s'escrime face aux géantes de son environnement. Des phrases aiguisées à sa guise assurent qu'aucune de ces étoiles, même les plus bleues, ne valent les yeux de la belle, qu'aucune magnitude ne saurait décrire leur éclat magnifique.

 

Conquise et peut-être un peu frileuse, l'être aimé (l'astre aimanté ?) subissant la loi de l'attraction des corps, se blottit au fond de ses bras. Quelques étoiles filent en silence. Elles sont, d'après lui, les voeux de bonheur que leur envoie Eros, se consumant dés l'entrée dans son coeur. Mais voilà que le ballet céleste l'emporte, il veut pour elle décrocher la Lune, parle de ses désirs plus brûlants que le soleil lorsque Vénus s'apprête à le rejoindre au coucher.

 

Soudainement réchauffée, peut-être un peu fiévreuse, l'aimée souhaite honorer ces métaphores... et se met à filer.

Phase transitoire. Ciel tombé sur la tête de l'amoureux transi. Broie du noir.

Puis un chuchotement, un instinct. Bonne étoile ou simple hasard, un frémissement l'engage à lever les yeux. Comme autant de révélations, des milliers d'étoiles viennent piqueter ses idées ténébreuses. Jusque là aveugle, le voilà éveillé aux beautés célestes. D'abord amusé : "Tiens, on dirait une casserole, et là un W !". Puis intrigué : "Elles sont loin les étoiles du Grand Chariot ?". De plus en plus, les questions l'assaillent. Il faut qu'il en parle.

 

Mais les questions affluent et dépassent en nombre les réponses. La quête suivante est plus personnelle, intime. L'inspiration poétique première fait place à l'aspiration inexorable.

Qu'y a-t-il derrière ce rideau étoilé ? Je veux voir là où on ne voit pas. Comprendre, voire contenir, ce qui échappe à l'entendement. Alors à un rythme boulimique j'ingurgite les revues scientifiques. De plus en plus vite je chute vers les questions philosophiques. Vertiges de l'espace-temps, quêtes des origines... L'abîme s'élargit au rythme de l'expansion de l'univers, questionnement sans fond d'où aucun dieu ne saurait me rattraper.

Le ciel de nuit est un profond trou noir qui s'est emparé de mon esprit. Mon corps est resté, lui, lié à cette plage par la gravité de ma souffrance humaine.

 

Pour une belle qui a préféré les bras de Morphée, me voilà noyé d'interrogations pour l'éternité."

 

 

 

 

Éric CHARIOT.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de mise en ligne : 30.07.08